Santé des femmes : un bilan à la fois positif mais inégalitaire*
< Actualités - Publié le 8 février 2018

Santé des femmes : un bilan à la fois positif mais inégalitaire*

A travers ses rapports successifs sur l’Etat de santé de la population en France(1), la DREES lève le voile sur la situation sanitaire de la France. Le rapport publié en mai 2017 dresse un bilan à la fois positif mais inégalitaire de l’état de santé des français, mettant l’accent sur des groupes de population plus vulnérables dont font partie les femmes.

En 2015, le record de l’espérance de vie à la naissance des femmes en Europe est tenu par la France avec une espérance de vie de 85 ans, supérieure à celle des hommes (78,9 ans) mais en recul par rapport à 2014 (85,4 ans). Des facteurs conjoncturels expliquent ce recul comme les variations climatiques avec notamment les épisodes de canicule de 2015 durant lesquels 65,4% des décès ont concerné les plus de 75 ans(2) ou encore l’épidémie de grippe hivernale de 2014-2015 (90% des décès ont concerné des personnes de plus de 65 ans(3) ). L’impact de ces épisodes est accentué par des facteurs structurels comme la fragilisation de la population âgée qui concerne plus particulièrement les femmes ; elles représentent en effet plus des 2/3 des plus de 85 ans en 2016.

Plus globalement, parmi les déterminants liés à l’environnement et au changement climatique, l’impact de la pollution de l’air mesurée par le dépassement des valeurs recommandées par l’OMS constitue un enjeu de santé publique majeur. Le respect de ces valeurs partout en France continentale permettrait d’éviter 17 700 chaque année. Le gain serait en moyenne de 7 mois d’espérance de vie à 30 ans dans les communes de plus de 100 000 habitants, sans compter l’impact probable sur la prévalence de pathologies (maladies cardiovasculaires, respiratoires ou encore neurologiques, et cancers(4)).

Si le taux de fécondité reste l’un des plus élevés des pays industrialisés avec 1,96 en 2014 contre 2,03 en 2013, on observe un recul progressif de l’âge moyen à la naissance, stabilisé légèrement au dessus de 30 ans depuis 2013. La part des mères de plus de 40 ans reste encore minoritaire à 5,1% des naissances mais elle a été multipliée par 5 depuis 1980. Ces deux phénomènes risquent à terme de développer de nouveaux enjeux pour la santé reproductive de la femme. S’agissant de l’impact de la pollution sur la fertilité, aucune étude n’a encore été publiée en France. Une recherche menée aux Etats-Unis, suggère quant à elle que les femmes vivant à moins de 200 mètres d’un grand axe routier avaient 1,1 fois plus de chance d’avoir des problèmes d’infertilité(5).

Même s’il existe toujours une surmortalité masculine, la diminution de la mortalité est plus conséquente chez les hommes que chez les femmes avec une réduction respective de 20,2% contre 18,3% entre 2002 et 2013. Les principales causes de mortalité chez les femmes sont constituées par les maladies cardio-vasculaires suivies par les tumeurs malignes en particulier du sein et des voies respiratoires. Entre 2002 et 2013, on observe même une augmentation de 49,2% de la mortalité prématurée liée aux cancers des voies respiratoires chez les femmes alors qu’elle diminue de 18,9% chez les hommes. Cette évolution différentielle entre les sexes est notamment due aux changements de comportement des femmes : leur consommation journalière de tabac est passée de 23% à 24,6% entre 2005 et 2014, les comportements d’ivresses répétées chez les 18 à 25 ans de 14% à 21% entre 2010 et 2014, le surpoids de 32,2% à 36% entre 2008 et 2014 et l’obésité de 9,8% à 11,7% entre les mêmes années.

Concernant le taux d’activité des femmes de 15 à 64 ans, il est de 67,6% en 2015 contre 74,7% pour les hommes alors que sur la même année, 67,5% des femmes de 35-44 ans ont obtenu leur baccalauréat contre 58% des hommes. En 2014, le revenu annuel moyen d’un homme est plus élevé de 23,8% que celui d’une femme, renforçant leur vulnérabilité économique(6).

Ainsi, les femmes bénéficient encore d’un meilleur état de santé que les hommes en France en 2017. Mais les évolutions récentes en termes d’expositions aux risques et de modification des comportements tendent à réduire l’écart entre les deux sexes. Les vulnérabilités économiques et sociales des femmes doivent être prises en compte pour améliorer leur accès aux soins et leur état de santé.

Regard d’expert BYPROXICARE
Pour permettre aux femmes de concilier des parcours de santé parfois complexes avec une activité professionnelle, des services spécifiques ont vu le jour ces dernières années, appuyés sur des solutions numériques ou des programmes d’accompagnement. Par exemple : des applications pour faciliter le parcours de santé des femmes suivies en PMA, des programmes d’aide et d’orientation dans l’offre de soins de support pour les patientes atteintes d’un cancer du sein…etc. Ces initiatives sont portées par une diversité d’acteurs : des associations de patients, des acteurs institutionnels ou encore des acteurs privés (laboratoires pharmaceutiques, groupes de protection sociale complémentaire…).


  • (1) Le rapport « état de santé de la population en France » publié par Santé publique France et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques est un outil de référence qui permet de décrire les évolutions de l’état de santé de la population et de ses principaux déterminants. Sa dernière édition a été publiée en mai 2017
  • (2)« Bilan au 15 septembre 2015 des épisodes de canicule survenus à l’été 2015 », Bulletin épidémiologique de l’Institut de Veille National (InVS), 09/10/2015
  • (3) « Grippe – Bulletin de la saison 2014-2015», Bulletin épidémiologique de l’Institut de Veille National (InVS), 22/05/2015
  • (4) « Impacts de l’exposition chronique aux particules fines sur la mortalité en France continentale et analyse des gains en santé de plusieurs scénarios de réduction de la pollution atmosphérique » Santé Publique France Juin 2016
  • (5) S. Mahalingaiah, J.E Hart et al, « Adult air pollution exposure and risk of infertility in the Nurses’ Health Study II », Human Reproduction, Vol.31, No.3, 2016
  • (6)Femmes et hommes, l’égalité en question, édition 2017 – Insee Références

 

*Cet article est paru dans le livre blanc « Femmes, Santé et Climat, Suite à la COP 23, avançons ensemble » en partenariat avec l’Unicef

Les autres actualités by Proxicare

 
 
 

La santé et l’autonomie dans la campagne présidentielle: le consensus après les crises?

Proxicare vous propose une lecture transversale des programmes des candidats à l'électi...

 
 
 

Un système national de santé pourrait-il améliorer l’équité de la couverture des frais de santé entre les ménages en France ?

Nous avons souhaité interroger l’intérêt d'un scénario de "Grande Sécu" au regard de l’...

 
 
 

La généralisation des activités de télésurveillance médicale

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) pour 2022 prévoit la généralisation...